Tremblez, la sorcière est de retour

Le Larousse définit la sorcière comme une femme laide, déplaisante, voire méchante et malfaisante. Dans les contes, elle possède même des dons surnaturels pour faire le mal. Mais qu’en est-il de la sorcière des temps modernes ?

Découvrez cette sorcière des temps modernes dans Mauvais Sort, une nouvelle écrite par Maxent Lisle à l’occasion d’un concours de nouvelles.

Mauvais sort

Acanit a quinze ans, le regard dur et la mine défaite. Ses formes écloses et une maturité précoce la vieillissent. Comme une mère protège son enfant, elle serre Achen, sa sœur cadette, dans ses bras. Elle refuse de la lâcher tant qu’elles ne seront pas en sûreté. D’ailleurs, le voudrait-elle, qu’elle ne le pourrait pas : la petite s’y accroche de toute son angoisse, les yeux encore fous du choc de la nuit. Quand elles ont fui, leur cousine Kaikara est restée derrière, exsangue. Vit-elle ?

Mathilde, cheffe de groupe à la brigade de la protection des mineurs, a passé une couverture sur les épaules des naufragées, recroquevillées et grelottantes sur le banc. Elle a posé des gobelets de chocolat chaud à côté d’elles et des barres de céréales. Il faut qu’elles se restaurent et c’est tout ce qu’elle a trouvé au distributeur du commissariat. Elle a envoyé un gardien leur chercher des sandwichs et de quoi les vêtir. La grande, dans le blouson prêté par un policier, est arrivée en culotte, portant la petite emmaillotée dans la robe trop large qu’elle lui avait cédée.

Avant de trouver refuge au poste, les jeunes filles ont erré par les rues une partie de la nuit, à moitié nues et gelées. Dans les cris, la panique et la précipitation, Acanit a saisi sa sœur dénudée sans s’occuper de ses habits. Elles ont eu peur, d’abord, d’être poursuivies, puis de faire de mauvaises rencontres. Une patrouille de la B.A.C. les a sauvées et remises à Mathilde.

Cette dernière rejoint l’officier de police judiciaire et une assistante sociale qui discutent dans le bureau voisin. Ils ont envoyé chercher les parents. En attendant, ils se concertent sur la meilleure manière d’interroger les petites, trop choquées pour fournir des détails. Il faudrait pourtant agir vite, s’il reste un espoir de trouver Kaikara vivante. La grande n’a raconté que l’essentiel : leur cousine mutilée et baignant dans son sang ; l’instant d’inattention des adultes, dont elle a profité sans réfléchir pour soustraire sa sœur au massacre et fuir.

Soudain, un bruit terrible ! Acanit s’est jetée de dos contre la porte vitrée du bureau, qu’elle traverse dans une gerbe de verre pilé, Achen toujours mutique et contre sa poitrine.

— La sorcière ! La sorcière est revenue ! hurle-t-elle, tremblante et tentant de s’abriter sous une chaise avec son précieux chargement, indifférente à ses coupures.

Mathilde se précipite devant elles, par réflexe, pour faire écran.

Du couloir arrivent des brigadiers encadrant la mère menottée. On l’entend protester et insulter ses mauvaises filles désobéissantes.

À voix basse, un policier de l’escorte explique à l’O.P.J. :

— On a eu l’adresse par le père, mais on n’a pas pu sauver la fillette. En route, on a un peu cuisiné la mère. Elle devait exciser la petite, ensuite. Mais quand la cousine s’est mise à pisser le sang, la grande a profité de la confusion pour s’enfuir avec sa sœur. Elle y était passée l’année d’avant.

Feu de camp dans la nuit, sorcière des temps modernes
gros plan sur une femme aux cheveux long avec un regard féroce, sorcière des temps modernes
Potirons autour d'un feu de camps pour illustrer Halloween

Et vous comment voyez vous cette sorcière des temps modernes ?

close

Le billet de Lilie

Une pause Mode et Art dans ta semaine de travail

As-tu toi aussi envie de profiter de cette pause ?

23 commentaires

    • Lilie

      Bonsoir Mo,

      Oui, c’est justement ce qui me plaît beaucoup avec cette nouvelle, une chute incroyable. Le premier livre de Maxent Lisle est tout aussi étonnant : Anticlinal, pour ne pas le nommer.

      Bonne lecture, toi qui aime les mots, de ce point de vue, cela devrait te plaire.

      Bises et à bientôt

    • Maxent Lisle

      Un sujet qui mériterait plus de lumière, pour que cessent ces pratiques cruelles et indignes. Je trouvais intéressant de détourner le côté « gentillet » du concours pour aborder un vrai problème, hélas encore trop réel. Maxent.

    • Lilie

      Bonjour Laurane,

      C’est une courte nouvelle, il n’y a donc pas de suite. Cela se termine sur cette terrible chute. Si tu as aimé ce style mordant de l’histoire, je t’invite à lire son premier roman, Anticlinal, qui est dans la même veine. Une très belle histoire de femme.

      Quand aux gentilles sorcière, on a toute envie d’y croire. Avoir des pouvoirs magiques pour répandre le bien, soulager les maux. Quel rêve. Quoique qu’avec un peu de bienveillance, on devient vite une vite une gentille sorcière utopique 😉

      Bises et à bientôt pour d’autres découvertes sur ce site.
      Lilie

      • Lilie

        Bonjour Nina,

        Cela fait plaisir que cette nouvelle te plaise. C’est fort en émotion, comme son livre « Anticlinal ».

        Bises et à bientôt,
        Lilie

    • Maxent Lisle

      Souhaitons qu’il existe de gentilles sorcières ! Mais dans ce cas, qu’est-ce qui les distingue des fées ? 😉 Maxent.

  • Sandy

    Coucou ! Cette nouvelle est très bien écrite. Pour moi la sorcière des temps modernes c’est quelqu’un de très connecté avec la nature. Cela s’éloigne de la connotation négative de la « méchante » sorcière.
    Des bisous

    • Lilie

      Hello Sandy,

      Tu es une sacré optimiste. Bravo à toi, en ces moments de confinement, une sorcière proche de la nature qui répends le bien est fort utile, au moins pour le moral 😉
      Bises

    • Maxent Lisle

      Intéressant… Il y a déjà eu des exemples de sorcières positives, comme « ma sorcière bien-aimée » ou « Joséphine, ange gardien ». Ici j’ai plutôt repris le côté sombre de la sorcière, de ses croyances et traditions, mais en laissant tomber la magie. Maxent.

    • Lilie

      Janie,
      Cette nouvelle d’est pas de moi. j’auria bien aimé écrire aussi bien. L’auteur, Maxent Lisle a écrit un premier roman autour des femmes. Si tu as aimé cette nouvelle, il se pourrait que tu aimes son livre, Anticlinal, tout aussi fort en émotion.
      Merci pour tes encouragements à ce jeune auteur.
      Bises

      • Lilie

        Bonjour Charline,

        Merci pour ton enthousiasme pour cet auteur. Son premier roman, Anticlinal, est aussi fort. Je t’encoourage vivement à le lire si tu as aimé cette nouvelle.

        Bises et à bientôt,
        Lilie

      • Maxent Lisle

        Merci. S’agissant d’un thème imposé par le concours et ne souhaitant pas faire un texte fantastique, l’idée de se « détournement » m’est venue en revoyant l’excellent film Polisse (quasi documentaire sur la brigade des mineurs).

Et pour continuer à échanger, laisse un petit mot pour nous dire ce que tu en penses. Je te répondrai avec plaisir, sincérité et liberté.